UN_2016 - 32nd session – Geneva 13 June - 01 July 2016

      Ecumenical Federation of Constantinopolitans UN Human Rights

 

32nd  session – Geneva 13 June - 01 July 2016

Item 3 – General debate

Delivered by Konstantinos Petsanis

 

Des mesures urgentes sont nécessaires pour la survie de la communauté grecque orthodoxe d'Istanbul

 

Merci Monsieur le Président,

Les minorités à Istanbul sont sur le point de disparaître dans leur pays natal sauf si des mesures urgentes sont mises en place pour assurer leur survie en tant que communautés. Parmi les  premières priorités devrait être la conception et la mise en œuvre de programmes spéciaux pour soutenir le rapatriement de leurs membres qui ont exprimé le souhait de retourner.

L'un des cas les plus caractéristiques est celui de la communauté grecque orthodoxe d'Istanbul ainsi que des Communautés correspondantes des îles de Gökçeada (Imbros) et Bozcaada (Tenedos). Leur population totale était de 125'000 il y a 50 ans et actuellement ne comptent plus que quelques milliers. Au cours des 10 dernières années, les hauts fonctionnaires de la République de Turquie ont admis qu'il y a eu une mesure anti-minorité contre les minorités non musulmanes. Ceci est pour le moins très décevant, car si quelque chose aurait dû être sous la protection du Traité de Lausanne, le congrès sur la base duquel la Turquie moderne a été fondée et a acquis une reconnaissance internationale c’est bien les droits de ces minorités.

EFC étant l'organisation unificatrice de la communauté grecque orthodoxe d'Istanbul expatriées, vivant actuellement dans divers pays, au cours des cinq (5) dernières années elle a présenté des propositions spécifiques au Gouvernement de la Turquie pour faciliter le rapatriement. Essentiellement, preuves à l'appui, toutes ces initiatives sont directement liées aux mesures de recours et de réparation, indiquées dans la résolution 60/147 de l'Assemblée générale des Nations Unies.

 

Les mesures de rapatriement proposées comprennent mais ne se limitent pas à:

 

  • Prise en charge du rapatriement des jeunes générations en fournissant une assistance pour la recherche d'emploi, l'acquisition de compétences linguistiques, etc.
  • Mise en place d'un centre de développement de l'emploi.
  • Soutien à la création d'unités de recherche et de développement avec la coopération des principaux scientifiques de la Communauté vivant actuellement à l'étranger. Par ce biais, les jeunes scientifiques de la Communauté seront attirés.
  • Autoriser, sur la base de la législation actuelle de l'Etat, la gestion libre et transparente des Fondations de Bien-être des minorités, lesquelles à leurs tour seront en mesure de soutenir ces rapatriements. Le cas le plus caractéristique étant celui de l'école de théologie de Halki qui est actuellement toujours fermé.

Nous invitons le Gouvernement de la République de Turquie de prendre note des propositions de l’E.F.C. et d’aider à leur réalisation.  Je vous remercie pour votre attention.